Des masques pour réparer le monde

Source: carte blanche de Clémence Mathieu, directrice du Musée du Carnaval et du Masque, dans le MAD du journal Le Soir du 22 avril


des masques pour réparer le monde

Dans le contexte actuel, plus que jamais, le masque est au centre de toutes les attentions et de tous les discours. Ce masque qui est censé nous protéger, nous préserver du meurtrier Covid-19. Ce masque qui nous transforme, malgré lui, qui change notre respiration et notre voix, au même titre que n’importe quel autre masque. Ce masque qui, finalement, fait écho à d’autres masques protecteurs utilisés dans des contextes plus traditionnels, qu’ils soient profanes (masques destinés à protéger le visage au sens strict tels que les masques d’escrime, les masques de soudure, les masques à gaz, les masques chirurgicaux), théâtraux ou rituels (incluant entre autres les rites de fertilité, de fécondité, d’initiation, de funérailles, de guérison, de divination et les cérémonies en l’honneur des ancêtres).

Le masque transforme, quitte à faire peur. Les personnes âgées isolées dans la chambre de leur maison de retraite ou les personnes hospitalisées n’ont aujourd’hui plus à faire qu’aux visages déshumanisés par les masques FFP2.

Le masque, qui prend ses racines aux sources de l’humanité, et qui est généralement accompagné d’un costume, est un objet ambigu car il questionne notre identité en créant un jeu de dissimulation et de révélation. Sous le couvert du masque, on peut se sentir affranchi de son apparence et laisser éclater son individualité ou, au contraire, jouer un rôle qui est tout à fait différent de sa propre personnalité.

Le médecin de la peste

Le pouvoir de protection ou de guérison du masque contre les maladies est un thème récurrent et universel. En ce qui concerne l’usage profane du masque comme protection contre la dissémination d’une maladie, l’un des plus connus est certainement le masque du médecin de la peste, conçu par un médecin français du XVIIe siècle, Charles de Lorme, qui l’imagina dans le but de se protéger des risques de contagion lors des épidémies, notamment de peste, fréquentes à l’époque. Le masque était rempli d’herbes médicinales aux pouvoirs pharmacologiques afin de se protéger du souffle des patients contaminés, agissant à la manière d’un filtre.

La protection ou la guérison d’un individu peut également se faire par l’intermédiaire d’un rituel de guérison ou d’exorcisme. Ces rituels occupent une place majeure dans l’usage du masque à travers le monde. Lorsqu’il recourt au médecin ou au guérisseur, le malade se soumet au pouvoir de ce dernier, qui nomme l’objet de son mal et le lui enlève. On remarque un pouvoir objectif en lien avec la médecine quand la guérison se fait avec des médicaments et un pouvoir subjectif en rapport avec le rituel sacré quand, par l’intermédiaire du masque, il y a implication d’un esprit ou intervention d’une force surnaturelle destinée à exorciser la souffrance.

L’ancienneté des rituels de guérison et leur persistance dans le monde actuel prouvent le lien fort de l’homme au sacré. L’un de ces rituels peut encore se voir aujourd’hui en Chine du Sud-Est, dans la province de Jiangxi. Il s’agit du rituel d’exorcisme Nuo, qui remonte probablement à l’Antiquité et consiste en une série de danses masquées dirigées par un prêtre bouddhiste ou taoïste. Il sert à éloigner les démons, les maladies, les malheurs et demander aux divinités leur protection.

Le masque est duel : il constitue tant un puissant marqueur de notre identité, qu’un lien entre nos cultures. Il tisse un fil avec l’inconscient collectif qui façonne notre humanité et continue de la marquer aujourd’hui à travers l’épidémie qui fait rage. Et à ce titre, il continue d’agir, à la fois comme élément étrange, qui transforme, qui effraie, mais aussi comme élément protecteur, réparateur. Le masque est depuis tout temps, et d’autant plus dans le contexte actuel, porteur de nos espoirs et de nos prières de guérison.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s