Un livre coloré

J’ai trouvé ce livre néerlandais sur une base de donnée française aujourd’hui et il s’avère être tout à fait spécial. D’une part, aucun chercheur néerlandais semble avoir publié à son sujet, ou même connaître son existence. En outre, l’objet est spécial parce qu’il fournit un aperçu inhabituel de l’atelier des peintres et illustrateurs du 17ème siècle. En plus de 700 pages de néerlandais manuscrit, l’auteur, qui s’identifie comme A. Boogert, décrit comment faire des aquarelles. Il explique comment mélanger les couleurs et comment changer leurs tons en ajoutant « une, deux ou trois doses d’eau ». Pour illustrer son propos, il remplit chaque page côté face avec les différentes nuances de la couleur en question. Pour couronner le tout, il a fait un index de toutes les couleurs qu’il a décrit, qui est un régal à regarder. Au 17ème siècle, une période connue comme l’âge d’or de la peinture flamande, ce manuel aurait frappé au bon endroit. Il est logique, alors, que l’auteur explique dans l’introduction qu’il a écrit ce livre à des fins pédagogiques. Remarquable, parce que le manuel est écrit à la main et donc littéralement unique en son genre, il n’a pas obtenu la portée parmi les peintres – ou l’attention des historiens de l’art moderne – qu’il mérite.

Pic: Aix-en-Provence, Bibliothèque municipale/Bibliothèque Méjanes, MS 1389 (1228). Par chance,  le livre entier peut être vu ici, en haute résolution avec des images zoomables. Ici une description du livre.

La divulgation complète (le 6 mai 2014): Bien que ce livre coloré est d’abord présenté à un public plus large dans cet article et il n’y a aucunes publications néerlandaises qui lui sont consacrées, j’ai depuis découvert qu’il est connu par au moins un autre chercheur néerlandais. Il est actuellement étudié et sera inclus dans une étude de doctorat qui sera achevée en 2015 à l’Université d’Amsterdam. Alors qu’il est remarquable que les blogs comme The Colossal (here) et Gizmodo (here) ont récupéré l’information, il est important de savoir que je n’étais pas celui qui a «découvert» le manuscrit. J’ai simplement mis un podium plus haut qu’il mérite, via ce blog.

Source: http://erikkwakkel.tumblr.com/post/84254152801/a-colourful-book-i-encountered-this-dutch-book

Publicités

Un monde de carnavals le 18 avril à Nantes

Les 6, 9 et 12 avril 2014 aura lieu le carnaval de Nantes.

Quelques jours après cet événement festif, Bécédia, l’université populaire itinérante mise en place par Bretagne Culture Diversité, fera escale à Nantes le vendredi 18 avril prochain à la maison de quartier de l’île de Nantes de 18 h 30 à 20 h 15. Le carnaval sera à la fête pour cette nouvelle séance d’échanges et de débats.

Il existe une multiplicité de carnavals en France et dans le monde, aux couleurs et aux formes variables d’un défilé à un autre. Mais qui sont ceux qui font le carnaval ? Quels sont les enjeux liés à la transmission des savoir-faire carnavaliers ? Commet assurer l’avenir de ces pratiques festives, véritable élément de notre patrimoine culturel immatériel ?

Autant de questions auxquelles tenteront de répondre nos intervenants :

Nathalie Gauthard : ethnoscénologue, maître de conférences à Nice et présidente de la Société française d’ethnoscénologie, elle s’intéresse aux questions d’esthétique, aux processus identitaires et culturels contemporains et à la transmission des savoir-faire à partir de l’étude des carnavals du Brésil et de la France en passant par la Guyane. Elle interviendra sur le carnaval et les processus de transmission.

Ouvrage : Fêtes, mascarades et carnavals. Circulations, transformations et contemporanéité, Éditions L’Entretemps, à paraître en 2014.

– Blodwenn Mauffret : docteure en études théâtrales, elle a travaillé sur le carnaval de Cayenne et nous présentera les différentes formes de carnavals, ce qu’on y célèbre.

– Daniel Dupouet : carnavalier depuis plus de 50 ans, il est passé maître dans l’art de la fabrication des grosses têtes du Carnaval. Il reviendra sur son parcours de carnavalier, nous présentera son savoir-faire, et s’interrogera sur la transmission de ce dernier.

– Carole Tymen : nous présentera les Gras de Douarnenez et reviendra sur son expérience de carnavalière douarneniste, ainsi que sur les enjeux de la pérennité de ce carnaval.

Cource: http://bcdiv.org/becedia-un-monde-de-carnavals-le-18-avril-a-nantes/

Nice : la meilleure adresse des couples infidèles !

Victoria Milan est un site de rencontres  qui a fait une enquête auprès de 2.200 français infidèles. 73% d’entre eux passeront les vacances de Pâques avec leur famille, question de tradition. Mais les autres vont partir avec leur amant ou leur maîtresse. Mais où vont-ils aller ? Voici le résultat obtenu :

– Une escapade près de la Côte – par exemple à Nice – 39%

– Un chalet perdu au milieu de la montagne – par exemple en Auvergne – 17%

– Une île – par exemple Majorque (Espagne) – 18%

– Un long voyage exotique – Marrakech (Maroc) – 15%

– Un long week-end citadin  – par exemple à Londres (Royaume-Uni) – 11%

C’est donc Nice qui arrive largement en tête ; la ville serait-elle devenue le temple du stupre et de la fornication ? Ces touristes que nous croisons sur la Prom seraient-ils tous des couples illégitimes ? Est-ce un exemple pour nos enfants ? Quoique c’est probablement plus les draps des hôtels qui en conserveront la trace que les chaises bleues de la promenade…

Léopold II et Caroline Lacroix

Le directeur du site rajoute « La plupart de nos utilisateurs pensent qu’ils peuvent rattraper le temps perdu en famille et profiter de leur amant ou leur maîtresse quand ils sont de retour des fêtes de Pâques… Mais ils préféreraient tout de même passer ce temps-là avec leur partenaire secret ! ». Hum… Que cette idée de secret a du charme. Ces couples illégitimes sont totalement dans la tradition de la Riviera : n’oublions pas que toutes les têtes couronnées amenaient sur la Côte leur sandwich pour passer l’hiver comme Léopold II de Belgique qui, à l’âge de 64 ans, prit comme maîtresse Caroline Lacroix âgée de 16 ans. Il finit même par l’épouser et en mourut trois jours après…

Christian Gallo – © Le Ficanas ®

Source: http://ficanas.blog.lemonde.fr/2014/04/16/nice-la-meilleure-adresse-des-couples-infideles/

Char made in Brésil pour la Cavalcade de Herve

Comme les autres carnavals de la région, la cavalcade de Herve n’échappe pas à la folie du Mundial. Parmi les 40 groupes et chars qui défileront ce lundi de Pâques, trois sont clairement estampillés « Brésil ». En plus des traditionnelles danseuses brésiliennes, « Go to Brazil » et « Viva Brasil » seront du cortège respectivement en 5e et 21e position. Et c’est Alain Taillard, le plus brésilien des Herviens qui trônera sur le 21e char constitué de costumes et éléments de décor qu’il a directement importé du Brésil.

697214562_B972494402Z.1_20140415183630_000_GKM29Q9CC.1-0

Le char n’est pas encore fini, mais le sera pour lundi !

De l’art sur les billets de 2 pesos argentin, un phénomène viral sur le web

Les billets de 2 pesos se convertissent en symbole d’une époque aujourd’hui disparue. Avant, il y avait des magasins qui vendaient tout pour cette somme et jusqu’à une des émissions télé humoristique la plus connue qui a marqué une génération et qui s’appelait “Todo x $2”.

Cependant, aujourd’hui – inflation et dévaluation aidant –  le billet qui porte à son verso Bartolomé Mitre ne sert plus à acheter grand-chose et quelques créatifs lui ont trouvé une autre utilisation : convertir le papier du billet en une toile pour passer le temps.

Ainsi , les billets de 2 pesos, qui après l’émergence de l’équivalent en pièce ne sont plus en circulation, deviennent le support pour des artistes anonymes qui laisent aller leur imagination sur le visage du héros argentin.

Sur Facebook, le groupe « Los billetes Andan diciendo » compte plus de 100 000 adeptes et publie tous les jours les nouvelles images où Bartolomé Mitre s’est transformé en personnage comme Caruso Lombardi, un Jedi ou Dark Vador de Star Wars, Ricardo Fort, Walter White de la fameuse série Breaking Bad ou encore Charly García.

Source: http://www.clarin.com/sociedad/arte-billetes-pesos-fenomenos-viraliza_0_1118288610.html

Succès pour le carnaval de Toulouse 2014

Entre 80 000 et 100 000 mille personnes sont venues hier soir se fondre dans le carnaval à Toulouse. Une foule souvent déguisée et grimée a accompagné «Monsieur Carnaval» depuis le Pont-Neuf jusqu’au bûcher des allées Jean Jaurès. Un défilé de chars tous plus fous et créatifs les uns que les autres, a formé ce cortège coloré qui a emprunté les grandes artères de la ville. De l’avis de tous, cette nouvelle édition, résolument très populaire, semble d’une année à l’autre monter en puissance avec toujours plus ferveur : «Chaque année je viens en famille suivre cette fête qui rassemble tout le monde», avoue Marie tandis que Monsieur Carnaval salue son public et la foule assise sur les trottoirs, grisée de musique. Comme Michèle là «heureuse de voir cette manifestation apolitique qui respecte chacun». Dans la fête, on retrouve des têtes connues comme François Briançon, ancien élu qui durant des années a porté le dossier : «On a redonné vie à cet événement. J’espère qu’il se poursuivra dans le temps». Près de lui, Frédéric Brasilès, nouvel élu en charge des événements, avance : «Je ne pensais pas voir un tel bonheur des Toulousains. Le carnaval est une fête populaire qui fait du bien». De tous, l’organisation a été saluée pour son efficacité, grâce à une équipe de bénévoles dont Raymond, ancien des rotatives de la Dépêche. Amusant le petit couac lorsque le défilé des participants au centenaire de la Bataille de Toulouse s’est retrouvé au milieu de carnaval rue de Metz. Ou le camion des éboueurs qui avait fait fausse route… ces anecdotes n’ont pas stoppé la bonne humeur des participants ni l’arrogance de Monsieur Carnaval. Ce dernier, stoïquement, est parti en fumée sur les allées dans un grand éclat de joie d’un public chaviré de bonheur. Cette édition très réussie a été portée à la fois par une météo clémente et un grand besoin des Toulousains de souffler et de s’amuser.

Le Roi Carnaval, en tête de cortège à Toulouse © Laurence Boffet / France 3 Midi-Pyrénées
© Laurence Boffet / France 3 Midi-Pyrénées Le Roi Carnaval, en tête de cortège à Toulouse

Le chiffre : 80 000

participants > Dans le cortège. Selon les organisateurs plus de 80 000 personnes ont participé hier soir à cette troisième édition du Carnaval de Toulouse, organisée par le COCU (Comité d’organisation du carnaval unifié) et partenaires. Cette manifestation avait attiré lors des deux précédentes éditions un peu plus de 40 000 personnes. Soit une belle montée en puissance….


Repères

Coût. Le carnaval 2014 revient à 100 000 €. Une somme allouée à l’association le Cocu par la ville, votée au conseil municipal qui comprend entre autres : le matériel, les salaires des employés, la sécurité, la location de camions, le matériel pédagogique (ateliers seniors-enfants), la restauration des bénévoles et l’animation «Si on déguisait la ville».

Partenaires. Une manifestation rendue impossible sans le soutien des partenaires notamment institutionnels : Office de tourisme, la ville de Toulouse, la Région, Tisséo, la Dépêche du Midi, France Bleue et France 3 Midi-Pyrénées. Mais aussi : la Canaille (vidéos), Isaw, Resod Production, lycée des Arènes, école Axe Sud, IUT Info. Com, les jeunes Victor, Youna et Arthur, Poussière d’ange, Mage Productions et aussi SMTC (camions), Sergent Papers, le collectif culture Bar-Bars, Tout pour la Fête.

Animation : Trois tonnes de confettis prévues pour inonder la ville.

Nettoyage : les grands moyens avec cinq balayeuses et deux laveuses pour laisser place nette en fin de cortège.

Texte: Silvana Grasso

Sources: http://midi-pyrenees.france3.fr/2014/04/06/succes-pour-le-carnaval-de-toulouse-2014-453899.html, http://www.ladepeche.fr/article/2014/04/06/1857380-monsieur-carnaval-emporte-par-la-foule.html