CARNAVAL TOTAAL ! Carnaval, du Sud tot Noord

Si le temps moderne, judéo-chrétien et capitaliste, est pensé comme linéaire, croissant et progressiste, les vieilles traditions européennes le conçoivent plutôt comme cyclique. La roue continue de tourner mais le renouveau a besoin d’être scandé par une fête rituelle : c’est carnaval. Les traditions sont certainement ancestrales, mais elles vivent, elles évoluent et se renouvellent sans cesse. » Le carnaval est une fête que le peuple se donne à lui-même » disait Goethe, force est de constater que carnaval ne vaut que lorsqu’il est porté par des pratiques populaires. Des pratiques culturelles, collectives, festives, qui forment des représentations de soi, de l’autre, et de la vie en société avec tout ce que ça implique de politique. Une fois masqué ou grimé, les censures tombent et c’est l’imaginaire collectif qui est à la manœuvre, pour le meilleur et pour le pire, l’outrance déborde, les valeurs s’inversent, le monde en feu est renversé. Refroidies, les cendres nous demandent ce qui a été renforcé : notre puissance collective, ou celle de l’ordre social revenu. Carnaval Totaal ! tente un tour d’horizon subjectif des pratiques carnavalesques d’aujourd’hui et d’hier. En Europe où elles sont nées, et dans les mondes colonisés qui se les sont réappropriées en les hybridant allègrement.

Une collaboration du Nova et de la Société de Carnaval Sauvage de Bruxelles

https://www.nova-cinema.org/prog/2020/176/carnaval-totaal/article/carnaval-totaal#article-22356

Quatre carnavals singuliers nous feront voyager du Sud au Nord de la France, avec un détour aux Pays-Bas, histoire de nous mettre en condition pour la veillée carnavalesque du Collectif Anonyme des Carnavals Ambulants qui suivra dans le bar du Nova.

+ L’ours ou l’homme sauvage

Jean-Dominique Lajoux, 1979, FR, 16mm, vo , 14′

Dans les Pyrénées orientales, deux créatures sauvages sèment le désordre dans le village. Ils hurlent, bousculent les braves gens et maculent de noir le visage des femmes. Métaphore du désir débridé, fécondation symbolique, le sauvage régénère la communauté avant d’être réintégré à la civilisation par les chasseurs et les barbiers.

+ Pailhasses Bielle Tradicioun

Dominique Lesourd et Bertrand Renaudineau,, 1979, FR, 16mm, vo fr , 21′

A Cournonterral, le mercredi des cendres, les Pailhasses sont les rois. Ils se vautrent dans la lie de vin et autres immondices. La bataille s’engage avec les Blancs qui finiront immanquablement souillés de la tête au pied. Personne ici ne se souciera de métaphoriser le retour à l’ordre, admettons-le, la souillure est jouissive…

+ Les 3 joyeuses

Pierre Ducrocq & Marie-André Devynck, 1993, FR, video, vo , 52′

Dunkerque, monument carnavalesque. Nous suivons différents acteurs qui font vivre le carnaval, un tambour major, les Prouts qui renouvellent le répertoire chansonnier, de simples participants… Une foule devenue corps, un ensemble de personnes qui, dans leurs pratiques, maintiennent Dunkerque à la pointe du mauvais goût. Âmes sensibles s’abstenir.

+ Carna

Adriaan Ditvoorst, 1969, NL, 35mm, vo st fr, 10′

Un film impressionniste, sensible et ironique, sur un bal du Krabbegat, le carnaval local de Bergen op Zoom dans le brabant septentrional hollandais. Une perle rare, dont le chef opérateur Jan de Bont fît carrière par la suite aux côtés de Paul Verhoeven… Projeté en format original 35mm Scope Technicolor grâce au Fonds d’Archives Podolski (www.podolski.be).

10.01 > 20:00 6€ / 4€

Collectif informel plus ou moins planqué entre Marseille, Montpellier et les Cévennes, CACA (Collectif Anonyme des Carnavals Ambulants) n’est autre qu’une bande d’ami.es cher.ères, de joyeux lurons, musiciens, artistes du spectacle vivant, passionnés de musiques traditionnelles, ancrés dans la culture occitane et dans sa langue. Les membres de CACA sont liés par l’amour de la fête ensemble, par la joie que crée le besoin de transmettre, les us autant que les coutumes, le parler, les airs et les paroles du pays. Ce qui dessine les contours du collectif et tord le cou à la tradition, la modèle de ses doigts jusqu’à ce qu’elle existe de nouveau par et à travers lui. Une quinzaine de joyeux drilles débarqueront au Nova pour une veillée de carnaval, suivie le lendemain d’un colloque carnavalesque.

+ Veillée carnavalesque

CACA en ami de la Société du Carnaval Sauvage de Bruxelles, s’en vient vers nos contrées, nous offrir une veillée carnavalesque, et nous faire languir la fin de l’hiver. Suons ! Dansons ! Buvons ! Chantons ! Il est grand temps de réviser notre répertoire. Carnaval approche, et on compte bien lui faire sa fête (dont une table d’hôte végétarienne de circonstance !).

10.01 > 22:00

Gratis

 

CARNAVAL TOTAAL ! Carnaval xperience

EXPO COLLECTIVE 09.01> 23.0209.01 > 18:00 vernissage CARNAVAL TOTAAL !

Si le temps moderne, judéo-chrétien et capitaliste, est pensé comme linéaire, croissant et progressiste, les vieilles traditions européennes le conçoivent plutôt comme cyclique. La roue continue de tourner mais le renouveau a besoin d’être scandé par une fête rituelle : c’est carnaval. Les traditions sont certainement ancestrales, mais elles vivent, elles évoluent et se renouvellent sans cesse. » Le carnaval est une fête que le peuple se donne à lui-même » disait Goethe, force est de constater que carnaval ne vaut que lorsqu’il est porté par des pratiques populaires. Des pratiques culturelles, collectives, festives, qui forment des représentations de soi, de l’autre, et de la vie en société avec tout ce que ça implique de politique. Une fois masqué ou grimé, les censures tombent et c’est l’imaginaire collectif qui est à la manœuvre, pour le meilleur et pour le pire, l’outrance déborde, les valeurs s’inversent, le monde en feu est renversé. Refroidies, les cendres nous demandent ce qui a été renforcé : notre puissance collective, ou celle de l’ordre social revenu. Carnaval Totaal ! tente un tour d’horizon subjectif des pratiques carnavalesques d’aujourd’hui et d’hier. En Europe où elles sont nées, et dans les mondes colonisés qui se les sont réappropriées en les hybridant allègrement.

Une collaboration du Nova et de la Société de Carnaval Sauvage de Bruxelles

https://www.nova-cinema.org/prog/2020/176/carnaval-totaal/article/carnaval-totaal#article-22356

Compilation

Carnaval XPerience

3 documentaires expérimentaux de haute tenue, mettant en jeu des carnavals aux images fulgurantes. Une belle entrée en matière pour une programmation foisonnante, que vous n’êtes pas prêts d’oublier, du moins jusqu’au prochain Mardi Gras !

+ To Each His Own Mask

Tine Guns, 2017, BE, DCP, sans dial, st ang, 42′

Un essai expérimental d’une artiste gantoise questionnant le rapport des stratégies carnavalesques de la contestation aux rituels du carnaval, leur cycle et leur illusion de désordre. Basé sur la confrontation d’images d’archives ou actuelles disparates, « To Each His Own Mask » est construit tel un tryptique symphonique dont l’esthétisme audiovisuel extrême n’a d’égal que sa grande puissance d’évocation. Un travail artistique subjuguant où le carnaval, peu importe lequel, est interrogé dans son essence même.

+ Malanka

Paul-Louis Leger & Pascal Messaoudi, 2018, FR, DCP, vo uk st fr & ang, 14′

Dans les collines ukrainiennes de Krasnoïlsk, près de la frontière roumaine, Malanka est une fête païenne dont les ours sont les héros. Déjà fascinant par la plastique même des personnages carnavalesques en jeu, dont de flamboyants ours à tête humaine, la maîtrise formelle d’une image noir et blanc ralentie à l’extrême, dotée d’une bande son documentaire travaillée, finit par rendre magique ce rituel d’un autre âge. Splendide !

+ Nan Lakou Kanaval

Kaveh Nabatian, 2014, HT, HD, vo ht st fr, 9′

Un voyage au coeur de l’apocalyptique carnaval haïtien basé sur un texte du jeune poète Gabriel Wood Jerry, tourné en 16mm par des étudiants et leur prof du Ciné Institute à Jacmel en Haïti. Un film expérimental proprement habité par l’esprit d’un carnaval aux réminiscences vaudou, hallucinant !

09.01 > 19:00 + 12.01 > 18:00

4€ / 3€

 

Jo Béranger, Hugues Poulain & Édith Patrouilleau, 2018, FR, DCP, vo ang st fr, 92′

Quel est le lien historique entre la population afro-descendante de la Nouvelle-Orléans et les indiens d’Amérique ? Et comment sont nés les Black Indians du Mardi Gras ? Cette tradition aux racines complexes comporte quelques-unes des musiques les plus fascinantes de la ville et des costumes les plus impressionnants du carnaval. Élaborés patiemment toute l’année, les parures de perles et de plumes des quarante tribus défilent selon un rituel précis, avec une langue et des gestes codifiés depuis trois siècles. Le chef, sa reine, l’éclaireur, le porte-étendard sont des rôles enviés, dont l’importance pour la vie du quartier dépasse la période des fêtes. Métissage à la fois réel et métaphorique entre l’héritage amérindien et afro-américain, la tradition des Black Indians façonne la culture de la Nouvelle-Orléans. Elle a coloré l’histoire de la ville depuis les prémisses du jazz jusqu’à la difficile reconstruction morale de l’après-Katrina, ce dont le long métrage documentaire « Black Indians » témoigne au plus près, avec beauté, justesse et chaleur.

En présence de Hugues Poulain , co-réalisateur et chef opérateur du film, le 9 janvier à 20:30

09.01 > 20:30 + 16.01 > 22:00 + 26.01 > 19:00 + 30.01 > 20:00 + 07.02 > 20:00 + 16.02 > 21:00 + 23.02 > 21:00

6€ / 4€

 

CARNAVAL TOTAAL !

EXPO COLLECTIVE 09.01> 23.0209.01 > 18:00 vernissage CARNAVAL TOTAAL !

C’est la Crâne-Morte, puis la cohorte des masques agencée par le crew « le Mulet » qui constituent le comité d’accueil de l’espace du Nova. Dans le bar, vous trouverez quelques films et documents enthousiasmants qui vous permettront d’améliorer vos connaissances carnavalesques avant de préparer vos masques avec les meilleurs tricks DIY du Carnaval Sauvage de Bruxelles. Vous pourrez aussi fourrer les gros bidons du Promoteur Immobilier et de la Bureaucratie de vos récriminations avant qu’ils ne soient brûlés pour de vrais et définitivement au Carnaval 2020. Quoi de plus chouette que Carnaval ? Préparer Carnaval !!!

 

 

Si le temps moderne, judéo-chrétien et capitaliste, est pensé comme linéaire, croissant et progressiste, les vieilles traditions européennes le conçoivent plutôt comme cyclique. La roue continue de tourner mais le renouveau a besoin d’être scandé par une fête rituelle : c’est carnaval. Les traditions sont certainement ancestrales, mais elles vivent, elles évoluent et se renouvellent sans cesse. » Le carnaval est une fête que le peuple se donne à lui-même » disait Goethe, force est de constater que carnaval ne vaut que lorsqu’il est porté par des pratiques populaires. Des pratiques culturelles, collectives, festives, qui forment des représentations de soi, de l’autre, et de la vie en société avec tout ce que ça implique de politique. Une fois masqué ou grimé, les censures tombent et c’est l’imaginaire collectif qui est à la manœuvre, pour le meilleur et pour le pire, l’outrance déborde, les valeurs s’inversent, le monde en feu est renversé. Refroidies, les cendres nous demandent ce qui a été renforcé : notre puissance collective, ou celle de l’ordre social revenu. Carnaval Totaal ! tente un tour d’horizon subjectif des pratiques carnavalesques d’aujourd’hui et d’hier. En Europe où elles sont nées, et dans les mondes colonisés qui se les sont réappropriées en les hybridant allègrement.

Une collaboration du Nova et de la Société de Carnaval Sauvage de Bruxelles

https://www.nova-cinema.org/prog/2020/176/carnaval-totaal/article/carnaval-totaal#article-22356

 

Alost retire son carnaval du patrimoine de l’Unesco …

…“Nous ne sommes ni antisémites ni racistes”

Le bourgmestre d’Alost Christoph D’Haese (N-VA) a lui-même retiré le carnaval alostois de la liste du patrimoine immatériel de l’humanité de l’Unesco, a-t-il annoncé dimanche à TV Oost Nieuws et VTM NEWS. La ville a pris cette décision car elle s’attend au retrait de cette reconnaissance mi-décembre, à cause d’un char accusé de véhiculer des clichés antisémites. Alost ne veut plus de la “belle-mère Unesco”, ajoute son bourgmestre.

L’année dernière, un char de la compagnie Vismooil’n avait entraîné l’événement folklorique sur le chemin de la polémique. Il transportait des personnages juifs caricaturaux défendant un coffre que l’on supposait rempli d’argent. Des organisations juives avaient alors dénoncé les “conséquences désastreuses” de la diffusion de “préjugés antisémites extrêmement chargés”.

Malgré plusieurs rencontres entre les parties concernées et une visite du bourgmestre d’Alost à l’Unesco, à Paris, aucun compromis n’a cependant été trouvé. Alost est convaincu que son carnaval sera exclu de la liste du patrimoine immatériel de l’humanité mais ne veut pas être censuré, explique Christoph D’Haese. “Les habitants d’Alost ont subi des reproches grotesques”, ajoute-t-il dans un communiqué de presse. “Nous ne sommes ni antisémites ni racistes. Tous ceux qui soutiennent cela sont de mauvaise foi. Alost restera toujours la capitale de la moquerie et de la satire.”

La ville a donc décidé de retirer elle-même son carnaval de la liste de l’Unesco et l’annoncera formellement à l’organisation cette semaine.

Le char du carnaval d'Alost caricaturant des juifs orthodoxes assis sur des sacs d'or a suscité l'indignation de l'Unesco, qui a dénoncé mercredi une "représentation antisémite" et appelé les autorités belges à réagir. © Rutger Lievens
Le char du carnaval d’Alost caricaturant des juifs orthodoxes assis sur des sacs d’or a suscité l’indignation de l’Unesco, qui a dénoncé mercredi une « représentation antisémite » et appelé les autorités belges à réagir. © Rutger Lievens

 

Le carnaval d’Alost ne changera pas, promet le bourgmestre

Christoph D’Haese dénonce par ailleurs l’attitude de l’Unesco dans ce dossier et évoque une enquête “biaisée”. “Pour le grand public, nous restons une grande fête folklorique avec un caractère moqueur, anarchiste et politico-socialement satirique.”

Le carnaval d’Alost ne changera pas ses habitudes lors des prochaines éditions, annonce-t-il.

Pour l’Association juive européenne (EJA), la manifestation ne méritait clairement plus une telle reconnaissance, et elle a donc anticipé la sanction de l’Unesco. “Malgré les critiques, malgré des images manifestement antisémites, et plutôt que de reconnaître les torts, le bourgmestre s’est montré provocateur et cynique”, déplore dans un communiqué le rabbin Margolin, président de l’organisation. “Il est triste de constater que l’occasion de redonner au carnaval des valeurs universelles de savoir-vivre n’a pas été saisie.”

Le caractère antisémite de la dernière édition de l’événement ne faisait aucun doute, selon l’EJA. La manœuvre annoncée ce dimanche n’est qu’une manière pour la ville de sauver la face, estime-t-elle.

Char made in Brésil pour la Cavalcade de Herve

Comme les autres carnavals de la région, la cavalcade de Herve n’échappe pas à la folie du Mundial. Parmi les 40 groupes et chars qui défileront ce lundi de Pâques, trois sont clairement estampillés « Brésil ». En plus des traditionnelles danseuses brésiliennes, « Go to Brazil » et « Viva Brasil » seront du cortège respectivement en 5e et 21e position. Et c’est Alain Taillard, le plus brésilien des Herviens qui trônera sur le 21e char constitué de costumes et éléments de décor qu’il a directement importé du Brésil.

697214562_B972494402Z.1_20140415183630_000_GKM29Q9CC.1-0

Le char n’est pas encore fini, mais le sera pour lundi !

512e LAETARE de Stavelot 29-30-31 mars 2014

Source: http://www.laetare-stavelot.be/stallumez-vous/

Vous qui avez participé au cortège nocturne du Laetare, vous connaissez l’ambiance particulière et enivrante qui se dégage, avec son humour qui lui est naturel, le samedi soir dans les rues de Stavelot.

Rarement un cortège folklorique aura autant fait l’unanimité.

Conscient du beau spectacle offert au public, le Comité des Fêtes a décidé d’élever le niveau pour 2014.

Avec votre coopération, il veut présenter un CORTEGE LUMINEUX et FOLKLORIQUE.

Il rêve de voir tous les chars illuminés et les gens habillés de lumière.

Différents accessoires peuvent composer ces effets tels que des perles, cordons lumineux, spots, ballons de lumière, papier alu (reflfl étant l’éclairage)…

Un concours départagera la qualité, la recherche et l’originalité.

Les résultats seront rendus le lundi 31 mars à 00 h.30 en même temps que la remise des prix du concours du dimanche.

Nous insistons et vous demandons de devenir les acteurs de ce spectacle d’un nouveau genre tout en conservant une bonne part d’humour et de folklore.

André Burton, Président

Secrétariat : Frédéric CRUTZE – 0498.636.308 www.laetare-stavelot.beinfo@laetare-stavelot.be